Nicolas Lebègue: Pièces d ’Orgue – 1er Livre (1676)

eingespielt mit Samples der Riegerorgel im Großen Saal des Konzerthauses Wien (Vienna Konzerthaus Organ). Siehe auch die Blogbeiträge:

Nicolas Lebègue hat die Orgelstücke, die er bis zum Jahr 1676 komponierte, nach den acht Kirchentonarten geordnet und entsprechend zu Suiten zusammengefasst und diesen Stücken folgende Registrierhinweise im Vorwort seiner Ausgabe von 1676 mitgegeben, an die ich mich mit Hilfe von Online-Übersetzern (da ich die französische Sprache nicht beherrsche)  in meiner Einspielung weitgehend gehalten habe. Der französische Text in der Ausgabe von Les Éditions Outremontaises – 2011 lautet:

Nicolas Lebègue: Préface du 1er Livre d’orgue, Paris, 1676.

( En français moderne )

Mon dessein dans cet ouvrage est de donner au public quelque connaissance de la manière que l’on touche l’orgue présentement à Paris. J’ai choisi les chants et les mouvements que j’ai cru les plus convenables et les plus conformes au sentiment et à l’esprit de l’Église, et je me suis attaché à trouver de l’harmonie le plus qu’il m’a été possible. J’ai aussi évité tant que j’ai pu ce qui aurait été trop dur à l’oreille et difficile à exécuter. Ces pièces (si je ne me trompe) ne seront pas inutiles aux organistes éloignés qui ne peuvent pas venir entendre les diversités que l’on a trouvées sur quantité de jeux depuis plusieurs années. On pourra toucher les versets de ce livre aux psaumes et cantiques sur tous
les tons, même aux élévations de la messe et aux offertoires, et pour cela il ne faudra que prendre les pièces les plus longues, ou en jouer deux de suite d’un même ton.
Elles contiennent à peu près toutes les variétés que l’on pratique aujourd’hui sur l’orgue dans les principales églises de Paris. Les savants y trouveront quelques licences que j’ai crû être dues à cet admirable instrument. Je souhaiterais fort que tous ceux qui me feront l’honneur de toucher ces pièces voulussent les jouer selon mon intention, c’est-à-dire avec le mélange de jeux et avec le mouvement propre pour chaque pièce, et surtout de les étudier en sorte qu’ils les sussent assez pour les bien jouer
de suite, elles paraîtraient bien davantage et auraient infiniment plus de grâce.
On trouvera dans ce Livre plusieurs pièces qui seront inutiles à beaucoup d’organistes n’ayant pas dans leurs orgues les jeux nécessaires pour les jouer, comme les pièces de Tierce et de Cromorne en Taille, les Trios avec pédale et les Récits au dessus et à la basse de Voix humaine ; mais aussi sur tous les tons, il y en a assez pour se passer de celles-là, car toutes les autres se peuvent jouer sur toutes sortes d’orgues.

Voici un petit Avis tant pour le mélange des jeux que pour le mouvement du toucher sur chaque espèce de pièces.

  • LE PRÉLUDE ET PLEIN JEU se doit toucher gravement, ET LE PLEIN JEU DU POSITIF légèrement.
  • LE DUO : fort hardiment et légèrement.
  • AUX GRANDES ORGUES : LE DESSUS sur la Tierce du Positif, ET LA BASSE sur la grosse Tierce accompagnée du Bourdon de seize pieds.
  • AUX MÉDIOCRES ET PETITES ORGUES : sur la Tierce, ou la Trompette et le Cornet.
  • LE DESSUS DE CROMHORNE : doucement et agréablement en imitant la manière de chanter.
  • LA BASSE sur le petit Bourdon et le Prestant de la Grand’Orgue, ou le Huit pieds tout seul, ET LE CROMHORNE seul ou accompagné du Bourdon, ou de la Flûte au Positif.
  • LE CORNET : fort hardiment et gaiement, LA BASSE sur le Bourdon et la Montre au Positif.
  • LA BASSE DE TROMPETTE : hardiment, L’ACCOMPAGNEMENT sur le Bourdon et la Montre du Positif : À LA GRAND’ORGUE le petit Bourdon, le Prestant avec la Trompette. Ou bien LA BASSE sur le Cromhorne avec la Montre, le Nazard et la Tierce du Positif, L’ACCOMPAGNEMENT sur le petit Bourdon et le Prestant de la Grand’Orgue.
  • LA VOIX HUMAINE : un peu lentement en imitant aussi la manière de chanter ; L’ACCOMPAGNEMENT sur le Bourdon, la Flûte, ou la Montre du Positif. A LA GRAND’ORGUE le petit Bourdon, le Prestant ou la Flûte de quatre pieds, LA VOIX HUMAINE et le Tremblant doux avec le Nazard si l’on veut.
  • L’ÉCHO hardiment et vitement, L’ACCOMPAGNEMENT sur le Bourdon et la Montre du Positif. Le Cornet, le petit Bourdon et le Prestant à la Grand’Orgue, ou le Cornet seul s’il est assez fort ; LES RÉPÉTITIONS sur le Cornet d’Écho, ou bien L’ACCOMPAGNEMENT sur le Huit pieds seul de la Grand’Orgue. LA SECONDE RÉPÉTITION sur la Flûte seule du Positif.
  • LE TRIO À DEUX DESSUS : LA BASSE sur la Tierce de la Grand’Orgue, avec le petit Bourdon, le Prestant, le Nazard, la Quarte de Nazard et le Tremblant doux ; AU POSITIF, le Cromhorne seul, ou s’il n’est pas assez fort, y mettre le Bourdon ou la Flûte, ou la Montre.
  • AUTRE MÉLANGE POUR LE TRIO À DEUX DESSUS : LA BASSE sur la Trompette seule de la Grand’Orgue. LE DESSUS sur la Montre, le Bourdon, le Nazard et la Tierce du Positif.
  • AUX PETITES ORGUES : le tout sur la Tierce.
  • AUX MÉDIOCRES : le tout sur la Trompette et le Cornet.
  • LE TRIO À TROIS CLAVIERS : LE PREMIER DESSUS sur le Cromhorne, le Bourdon, et le Prestant du Positif. L’AUTRE PARTIE sur la Tierce, petit Bourdon, Prestant, Nazard, Quarte de Nazard et Tremblant doux de la Grand’Orgue ET LA PÉDALE DE FLÛTE.
    — Ou bien LE PREMIER DESSUS sur la Tierce du Positif, L’AUTRE PARTIE sur la Voix humaine, le petit Bourdon, le Prestant et le Tremblant doux à la Grand’Orgue, ET LA PÉDALE DE FLÛTE.
    — Ou bien LE PREMIER DESSUS sur le Cornet, L’autre Partie sur le Cromhorne, le Bourdon, le Prestant du Positif, la LA PÉDALE DE FLÛTE.
    — Ou bien LE PREMIER DESSUS sur la Trompette, LE SECOND DESSUS sur la Tierce du Positif et LA PÉDALE (DE FLÛTE).
  • LA TIERCE OU CROMHORNE EN TAILLE : gravement. L’ACCOMPAGNEMENT sur le petit Bourdon, Prestant, Bourdon ou Montre de seize pieds de la Grand’Orgue. LA TIERCE, le Bourdon, la Montre, la Flûte, la Doublette, le Nazard et Larigot du Positif, PÉDALE. Ou CROMHORNE, Montre, Bourdon et Nazard au Positif.
  • AUTRE ACCOMPAGNEMENT : petit Bourdon, Prestant et Huit pieds de la Grand’Orgue, ou bien petit Bourdon et Prestant, ou bien petit Bourdon et Huit Pieds selon que l’orgue fera d’effet. Cette manière de verset est à mon avis la plus belle et la plus considérable de l’orgue.
  • FUGUE GRAVE : Bourdon, Prestant, Trompette et Clairon de la Grand’Orgue.
  • AUX PETITES ORGUES : Bourdon de 4 pieds et Cromhorne.
  • DIALOGUE : POUR LE GRAND JEU, petit Bourdon, Prestant, Trompette et Cornet.
  • POUR LE PETIT JEU : Bourdon, Montre et Cromhorne.
  • AUTRE GRAND JEU : Petit Bourdon, Prestant, Trompette et Clairon.
  • AUTRE : Petit Bourdon, Prestant, Doublette, Nazard, Quarte de Nazard, Grosse Tierce, Trompette, Clairon, Cornet, et Tremblant à vent perdu : PETIT JEU : Montre, Bourdon, Nazard, Tierce et Cromhorne.

J’ai mis deux cadences finales au Septième Ton; on pourra indifféremment s’en servir, parce qu’elles sont toutes deux également essentielles à ce mode.

Ceux qui auront peine à faire certains tremblements où ils se rencontreront trop difficiles à toucher, pourront les passer, ne désirant pas que les mains soient contraintes en aucune manière, mais plutôt que les mouvements soient observés fort exactement.
Ceux qui voudront abréger les pièces, ils n’auront qu’à commencer où il y aura une petite étoile (omise ici).

© Les Éditions Outremontaises – 2011

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

zwanzig + 18 =